Rejoignez-nous sur Logo Facebook & Logo Instagram
HORAIRES ETE 2022

Médiathèque 

Du 5 juillet au 3 septembre 2022 inclus

Mardi, mercredi et vendredi   9h00 - 12h00
13h00 - 15h00
Samedi   9h00 - 13h00

Cyberbase

Du 5 juillet au 30 juillet 2022 inclus

Mardi, mercredi et vendredi   9h00 - 12h00
13h00 - 15h00
Samedi   9h00 - 13h00

Fermée du 2 août au 3 septembre 2022 inclus

Artothèque

Le bâtiment de l'artothèque est définitivement fermé. Merci de restituer vos oeuvres empruntées à l'accueil de la médiathèque.


Médiathèque F. Mitterrand, place Charles Ottina
Rens. 04 81 92 21 50 |
Nous contacter NOUS CONTACTER

MON COMPTE
N° de carte :
Mot de passe :
 
Bibliothèque numérique
Artothèque
Cyberbase
Bibliothèque numérique

 

 

Les coups de cœur BD, Comics, Mangas

Nouveautés, incontournables, pépites...
Retrouvez régulièrement les coups de cœur du secteur Adulte

 

 

47 Cordes 47 Cordes

Timothé Le Boucher. - Glénat

Timothé Le Boucher a encore frappé ! Après nous avoir fait longuement douté dans « Ces jours qui disparaissent » et « Le Patient », il nous offre dans 47 cordes un scénario époustouflant avec des illustrations sublimes. Une métamorphe s’éprend d’un homme. Mais quelle apparence doit-elle prendre pour que le jeune Ambroise tombe amoureux d’elle ? Un excellent roman graphique qui mélange musicalité, manipulation et sorcellerie.

 


Villa Pandora Villa Pandora

Vincent Dugomier ; ill. Clarke. – Lombard (Urbex T.1)

Alex et Julie sont des adeptes de l’Urbex, l’exploration urbaine. Lors de la visite de la Villa Pandora, ils vivent une expérience très étrange : deux jumelles leur apparaissent. La découverte de ces créatures  leur  fait prendre conscience de l’existence d’un monde  parallèle qui met en scène des personnages du passé et décuple leurs propres capacités physiques. Troublés par cet incroyable pouvoir, ils cherchent à comprendre l’origine de ce phénomène et la raison de ces apparitions  …
L’opposition entre les décors très contemporains et la dimension surnaturelle qui replonge  les lecteurs dans le passé donne à cette bande dessinée une belle originalité. Le premier tome mettant en scène ces héros attachants ne fait qu’entrouvrir les portes  d’un univers étonnant. Des aventures à suivre … 

 


A fond la caisse ! A fond la caisse !

Olivier Lhote, Sylvain Frécon. – Bayard (BD kids) Gibus tome 1

Gibus est un ado comme les autres, il a une bande de potes, une petite sœur infernale et rêve de conduire … un cheval … car Gibus vit … au Moyen Age ! Pétri de convictions, il n’hésite pas à monter au créneau et organiser une manifestation anti chasse pour défendre ses idéaux, mais il est également prêt à se mobiliser lorsque son père tombe dans la dépression à la fin de la guerre. Faisant preuve  d’une imagination sans borne, il invente même un engin du futur pour éviter le crottin de cheval.
Ce héros hors du commun et un brin caricatural, que l’on retrouve dans « j’aime lire max », amusera les jeunes lecteurs. Une vision très humoristique et décalée du Moyen Age.

 


ChiisakobeChiisakobe

Minetaro Mochizuki. -Le lézar noir. 2015

Spécial 10 prix | 10 BD
Shigeji, jeune charpentier, perd ses parents et l'entreprise familiale, « Daitomé », dans un incendie. Se rappelant les paroles de son père, « quelle que soit l'époque dans laquelle on vit, ce qui est important, c'est l'humanité et la volonté », il fait le serment de reconstruire Daitomé. Mais son retour à la maison natale s'accompagne de l'arrivée de Ritsu, amie d'enfance devenue orpheline et qu'il embauche comme assistante, et de cinq garnements au caractère bien trempé échappés d'un orphelinat. La cohabitation va faire des étincelles. Adaptation du célèbre roman de Shûgorô Yamamoto situé dans la période Edo et que Minetarô Mochizuki transpose dans le Japon d'aujourd'hui, Chiisakobé attire d'abord le regard par son dessin pop. Le Tome 1 a obtenu le prix Asie de la critique 2016 et le Tome 4 le prix de la série 2017.

 


L’Arabe du futur L’Arabe du futur

Riad Sattouf . -Allary Eds. 2014

Spécial 10 prix | 10 BD
Saga autobiographique devenue véritable phénomène littéraire racontant l’enfance de l’auteur dans les années 80, tiraillé entre la Libye de Khadafi, la Syrie d’Hafez al-Assad et la France. Elevé par sa mère bretonne et son père syrien, professeur, passionné de panarabisme et de politique, il relate son quotidien partagé entre culture européenne et arabo-musulmane, dans un environnement longtemps ignoré par l’Occident à cette époque. Le premier volume a obtenu le fauve d’or du meilleur album en 2015. 

 


Dans la combi de Thomas PesquetDans la Combi de Thomas Pesquet

Marion Montaigne. -Dargaud. 2017

Spécial 10 prix | 10 BD
Dans ce « presque » roman graphique, Marion Montaigne dresse un portrait très imagé, un rien parodique, intéressant et drôle de l’astronaute Thomas Pesquet. Elle nous invite à suivre les longs préparatifs de son vol, à l’ESA, au CNES, à la NASA, à la cité de l’espace et au centre Youri Gagarine en Russie. Elle raconte sa vocation, son admission, ses attentes, sa formation, ses doutes, sa vie quotidienne, ses compagnons d’équipage pendant et après son séjour dans l’espace, achevé début juin 2017. Cette histoire pour laquelle l’astronaute a laissé carte blanche à l’auteur tout en portant un regard complice, n’est pas une BD documentaire « ordinaire », mais un ouvrage de vulgarisation un peu déjanté sur la mission Proxima et ses enjeux. Il a obtenu le prix du public 2018.

 


Moi, ce que j’aime, c’est les monstresMoi, ce que j’aime, c’est les monstres

Emil Ferris. -Delcourt. 2011

Spécial 10 prix | 10 BD
Chicago, fin des années 60. Karen Reyes, dix ans, est une fan absolue des fantômes, vampires, et autres morts-vivants. Elle se voit comme un petit loup-garou : d’après elle, dans ce monde, il est plus aisé d’être un monstre que d’être une femme. Un jour de Saint Valentin, au retour de l’école, Karen apprend la mort de sa belle voisine, Anka Silverberg, une survivante de l’holocauste. Elle décide alors de mener l’enquête et va découvrir qu’entre le passé d’Anka au cœur de l’Allemagne nazie, son quartier en pleine ébullition et les drames qui, tapis dans l’ombre de son quotidien, la guettent, les monstres bons ou « pourris » sont des êtres comme les autres, complexes, torturés, fascinants. Conçu comme le journal intime d’une artiste surdouée, c’est un livre époustouflant : 400 pages d’une expérience graphique incroyable, presque entièrement réalisée avec un stylo bille scotché à son poignet en raison de problèmes articulaires handicapants. Un objet fou, qui a remporté une ribambelle de prix, Fauve d’Or du meilleur album Angoulême 2019, grand prix ABCD de la critique 2019, ainsi que 2 Eisner Awards.

 


Mauvais genreMauvais genre

Chloé Cruchaudet. -Delcourt. 2013

Spécial 10 prix | 10 BD
Pour échapper à la condamnation qui le menace après avoir été jugé déserteur lors de la Grande Guerre, Paul Grappe, marié à Louise Landy, se travestit en femme et devient Suzanne Landgard. Pendant dix ans, il pousse la dissimulation et le changement d'identité au-delà des genres, prenant plaisir à la bisexualité, l'échangisme ou au proxénétisme occasionnel. Et Louise qui suit. Fidèle. Jusqu'à commettre l'irréparable. Mauvais genre a été sollicité par la critique, en raflant successivement les Prix BD Landerneau 2013, Prix ACBD (Association des Critiques de Bande Dessinée) 2014 du meilleur album ainsi que le Prix du public 2014 à Angoulême.

 


Ecoute, jolie MarciaEcoute, jolie Marcia

Marcello Quintanilha . -Delcourt. 2011

Spécial 10 prix | 10 BD
Ecoute, jolie Marcia de Marcello Quintanilha (2021). L’histoire de Marcia, infirmière brésilienne qui vit dans une favela (bidonvilles de Rio de Janeiro, sous la coupe des gangs liés au trafic de drogue), dont elle va tenter d’arracher sa fille Jaqueline, jeune adolescente frivole qui prend part à ces trafics. Mais rien ne va se passer comme elle l’espérait. Sa relation avec sa fille va prendre une tournure dramatique, et son compagnon qu’elle va mêler à son combat le paiera très cher ; Marcia elle-même n’en ressortira pas indemne… L’auteur nous dépeint le portrait d’une héroïne magnifique, pour laquelle on se prend d’affection, sublimée par un incroyable style graphique. Fauve d’Or du meilleur album 2022.

 


Quai d'OrsayQuai d'Orsay

Abel Lanzac, Christophe Blain. -Delcourt. 2013

Spécial 10 prix | 10 BD
Avec Quai d'Orsay, Abel Lanzac et Christophe Blain nous font pénétrer dans les coulisses agitées du ministère des Affaires étrangères : quand la politique fait rire... Dans les deux tomes nous suivons Arthur, le nouveau conseiller en charge du langage du ministre Affaires étrangères, qui tente de se familiariser avec les mécanismes du pouvoir, les subtilités de la diplomatie et de la politique, et la personnalité singulière d'Alexandre Taillard de Vorms... Arthur, l'ensemble des conseillers et le directeur de cabinet essaient de garder le cap malgré le tourbillon des crises internationales et des coups de tête du ministre. Quand la BD explique la politique… Le Tome 2 de Quai d'Orsay a obtenu le Fauve d’Or 2013 du meilleur album.

 


Chroniques de JérusalemPortugal

Cyril Pedrosa. -Dupuis. 2012

Spécial 10 prix | 10 BD
Plus vraiment d’inspiration, d’envies, et pas de projets, l’auteur de BD Simon Muchat végète dans son boulot d’animateur scolaire et exaspère Claire, sa compagne, qui le voudrait plus investi. Invité à passer quelques jours au Portugal dont sa famille est originaire et où il n’est pas allé depuis l’enfance, il va y découvrir une autre façon d’exister, et peut-être le début d’une nouvelle inspiration ? Cyril Pedrosa nous livre un récit introspectif qui explore les plis et replis existentiels d’un quotidien sans histoire, devenu sans consistance et sans saveur. Le récit aussi d’une renaissance à soi, à travers la redécouverte d’un lieu d’enfance noyé dans les brumes du souvenir… Portugal a obtenu le prix du public 2012.
 

 


Chroniques de JérusalemChroniques de Jérusalem

Guy Delisle. -Delcourt. 2011

Spécial 10 prix | 10 BD
Guy Delisle et sa famille s'installent pour une année à Jérusalem. Pas évident de se repérer dans cette ville aux multiples visages, animée par les passions et les conflits depuis près de 4000 ans. Au détour d'une ruelle, à la sortie d'un lieu saint, à la terrasse d'un café, le dessinateur laisse éclater des questions fondamentales et nous fait découvrir un Jérusalem comme on ne l'a jamais vu. Il a emporté le Fauve d’Or du meilleur album d’Angoulême en 2012.

 


LA SAGA DE GRIMRLA SAGA DE GRIMR

Jérémie MOREAU. -Delcourt. 2017

Spécial 10 prix | 10 BD
La Saga de Grimr, de Jérémie Moreau est une quête d’identité tragique dans un décor grandiose. Le héros y est confronté à chacun des piliers de la culture islandaise : le prestige de la généalogie, le culte de la loi et la superstition. En 1783, l’Islande, accablée par la misère, doit encore subir le joug du Danemark. Et le sort de Grimr, devenu orphelin, est plus cruel encore dans ce pays où l’homme se définit avant tout par son lignage. Doté d’une force impressionnante, il se sait capable de rivaliser avec les plus fameux héros de saga même s’il n’est le fils de personne. Il ne lui manque que l’opportunité de prouver sa valeur… Fauve d’Or du meilleur album Angoulême 2018.

 


InhumainSur un air de fado

Nicolas Barral. -Dargaud. 2021

Août 1968, le vieux dictateur portugais Salazar fait une mauvaise chute. Et son régime autoritaire avec ? Pas encore, car la répression est toujours vive et violente, les opposants surveillés de près et torturés pour livrer leurs complices. Les artistes et intellectuels fuient le pays des mélodies langoureuses du fado. Fernando observe la situation depuis son cabinet médical, avec distance et résignation, semble-t-il. Car son frère est un policier fidèle au régime et parce que son engagement lui a déjà coûté une histoire d’amour…
Pour la première fois, Nicolas Barral est seul aux commandes d’un album. Et le cap est brillamment franchi. Le dessinateur des Ailes de plomb et Les Aventures de Philip & Francis, repreneur de Nestor Burma d’après Léo Malet et Tardi, s’est plongé dans l’histoire récente du Portugal pour livrer une longue bande dessinée au graphisme solaire.
A travers l’itinéraire de Fernando, présenté sous forme de flashbacks, il questionne le sens de l’engagement : est-on forcément complice si on n’est pas résistant? devient-on un collaborateur si on cesse de militer? doit-on souhaiter la mort de son propre frère qui serait passé du mauvais côté? la cause est-elle plus importante que les sentiments? Ces grandes interrogations sont abordées avec finesse, au fil d’ une intrigue sobre et solide, qui s’appuie autant sur des personnages forts, crédibles et attachants, que sur des décors envoûtants. 
D’un classicisme classieux, le trait épais et fluide de l’auteur, bien soutenu par une mise en couleurs soignée autour d’une palette subtile, facilite l’immersion dans cette histoire violente et touchante, qui n’élude rien mais ne se complaît pas dans la noirceur. Une réussite.

 


InhumainInhumain

D. Bajram, V. Mangin & Th. De Rochebrune. -Dupuis (Aire Libre). 2020

Inhumain propose une parabole science-fictionnelle, un vrai suspense métaphysique sur les profondeurs de l'âme humaine, assimilée à une planète-île peuplée d'étranges humanités, moins sympathiques qu'il n'y paraît.
Tout va mal, tout se déglingue, et la seule personne qui résiste à la malédiction de ces "gentils" décérébrés et de leurs maîtres occultes, c'est une androïde, justement parce que son absence d'affect humain la met à l'abri des manipulations mentales.
L'ambiance graphique de l'album, une belle performance vertigineuse et sensible de Thibaud de Rochebrune, est à la hauteur du scénario, subtil et envoûtant, du tandem Denis Bajram & Valérie Mangin, qui montre clairement l'étendue de la noirceur humaine, tout en ménageant in extremis une petite lueur d'espoir : et si le genre humain pouvait quand même s'améliorer, qui sait ?... Un récit qui, s’il ne parle pas de fin de civilisation, interroge aussi les limites de notre humanité.
 

 


RenaissanceRenaissance

Fred Duval & Emem. 3 tomes. - Dargaud. 2020


Renaissance raconte, lui, aussi une invasion venue de l’espace. Mais cette fois-ci, c’est une invasion extra-terrestre « humanitaire », destinée à sauver l’humanité de la catastrophe écologique qu’elle a elle-même provoquée, et de toutes ses conséquence sociales, sanitaires, militaires…. Ce récit interroge, bien sûr, la question écologique comme la pandémie en cours, mais aussi et surtout la manière dont l’Occident a écrasé de tout son poids le reste de la planète. En refermant le tome 3 qui est la conclusion de Renaissance, on en aurait bien lu plus, vu la richesse du monde présenté. Heureusement, la dernière page s’achève sur « fin de la première époque » qui annonce un second cycle.
 

 


LabyrinthusLabyrinthus

Christophe Bec, Fabrice Neaud. – Glénat. 2020

Labyrinthus raconte une invasion venue de l’espace, mais c’est une invasion sans envahisseurs. Pluie de cendres toxiques et pandémie déciment l’humanité. On peut se demander quel effet ça doit faire aujourd’hui aux auteurs d’avoir imaginé il y a plus d’un an la population obligée de porter des masques 24 h sur 24. Christophe Bec développe, comme il sait si bien le faire, un parfait scénario hollywoodien de genre. Le dessin de Fabrice Neaud, quant à lui, nous immerge parfaitement dans ce récit de science-fiction à grand spectacle. Le premier tome se lit donc d’une traite, s’achevant aux portes du fameux labyrinthus. On ne demande qu’à y entrer ! Suite et fin dans le tome 2
 

 


Carbone & SiliciumCarbone & Silicium

Mathieu Bablet . – Ankama (Label 619). 2020

Sans doute l’une des nouveautés les plus attendue de l’année après le succès de son précédent livre, Shangri-la, et cette fois encore, Mathieu Bablet relève le gant brillamment. Le récit suit sur près de trois siècles la vie de deux robots, deux intelligences artificielles. Il a pour toile de fond la catastrophe écologique et la chute de notre civilisation. Encore une fois, l’auteur sait mêler de très belles images et des sentiments très riches sur ce que sont nos vies, en particulier la question de l’individualisme. Comme Shangri-la, Carbone & Silicium interroge aussi la temporalité. En effet, on pense souvent, dans le catastrophisme actuel, que la civilisation tombera en quelques jours, que la fin du monde sera rapide. L’auteur nous montre qu’elle pourrait tout autant être lente, très lente, complexe, mouvante, parfois très belle, voire être plus un changement qu’une fin…
 

 


NOS YEUX FERMESNOS YEUX FERMÉS

Akira SASÔ. Editions Pika Graphic. 2017.

Lorsque Chihaya rencontre Ichitarô, c’est parce qu’elle bute sa canne d’aveugle et le fait tomber…Cela pourrait laisser présager du pire pour les deux personnages principaux de ce manga.
Pourtant, la jeune fille en colère, aux sourcils toujours froncés et qui fait pleurer les bébés jusque dans les bras de leurs mères, va peu à peu céder à la curiosité, puis à l’attirance qu’elle éprouve pour ce beau jeune homme serein et déterminé. Ichitarô, malgré son handicap, se débrouille mieux qu’elle pour se faire des amis et arpenter la ville !
Il faut dire que Chihaya assume sa part de misère : jour après jour, elle subit un travail dur et dévalorisant, son père, alcoolique, insupportable et violent qui a fait fuir son épouse, les fins de mois difficiles sans un sou pour manger…
Ichitarô et Chihaya arriveront-ils à « voir le monde » de la même façon, les yeux fermés et le sourire aux lèvres ?
Ce manga, signé par l’un des maîtres du genre, nous entraîne dans une très belle histoire, où l’humour sauve toujours du tragique, et où les images prennent toute leur place dans un format inhabituel et très lisible
 

 


EST-OUESTEST-OUEST

Pierre CHRISTIN. Philippe AYMOND. Ed. Dupuis. 2018

Les scénaristes de BD en panne d’inspiration vont pouvoir se jeter sur « Est-Ouest » (Aire Libre), dernier ouvrage du légendaire Pierre Christin, mis en petites cases par le non moins talentueux Philippe Aymond. Derrière une couverture que n’aurait pas reniée Enki Bilal à l’époque de sa collaboration avec Christin, on découvrira quelques moments d’anthologie au sujet de la vie d’un scénariste en quête de l’histoire qui tue.
A la lecture de cette autobiographie, Christin raconte ses différentes rencontres avec les grands noms de la BD, qu’il a accompagnés le temps de quelques albums. Le ton est précis et les détails, quelquefois, sans concession pour l’époque. Entre le Far West américain pour Giraud et les quatre coins du bloc de l’Est pour Bilal, la lecture de cet ouvrage démontre qu’on n’écrit pas « Partie de chasse » ou « Valérian » de JC Mézières en restant collé devant Google…

 

 


BUG LIVRE 1BUG. Livre 1

Enki BILAL . Editions Casterman. 2017

Bug est le nouveau récit d’anticipation d’Enki Bilal, premier volume d’une trilogie.
Dans un avenir proche, la terre est confrontée à une panne généralisée. Le monde numérique vient de disparaître, comme aspiré par une force indicible.
Un homme, seul, malgré lui, se retrouve dans la tourmente planétaire…
Après avoir traité de sujets politiques (les Phalanges de l’Ordre Noir, Partie de chasse), de destins dictatoriaux et de rêves d’immortalité (La trilogie Nikopol), de cauchemars obscurantistes prémonitoires (Cycle du Monstre), et de planète recadrant les humains (Trilogie du coup de sang), Enki Bilal nous prive de notre addiction digitale en nous plongeant, non sans une certaine dérision, dans une monde de désarroi et d’enjeux multipolaires…

 

 


LES VIEUX FOURNEAUXLES VIEUX FOURNEAUX

LUPANO ET CAUUET- Dargaud; 2014

Tome 1 :ceux qui restent / Tome 2 :Bonny and Pierrot
Ils ont passé l’âge des bêtises, mais Antoine, Emile et Pierrot, les vieux copains d’enfance, ne sont pas de la race des soumis et souscrivent à un mot d’ordre truculent : « ni yeux ni maître » ! Leurs soixante dix ans bien sonnés, ils ont idée de les employer à l’importante tâche de vieillir avec classe, guidés par la passion, sans souci de l’ordre établi.
Cette excellente bande dessinée prend la forme de comédie sociale, d’un road movie décapant, dont les héros sont certes fatigués mais nous entrainent dans le rire à tout va…et nous laissent attendre avec impatience le 3e tome de leurs aventures !